Etat d’urgence au Pakistan : la France fournit les armes

jeudi 22 novembre 2007
popularité : 6%

Le samedi 3 novembre, le général Moucharraf déclarait l’Etat d’urgence et la suspension de la constitution au Pakistan.
Cette décision faisait suite à l’élection présidentielle du 06 octobre et à l’annonce imminente de la Cour Suprême qui devait invalider la réélection triomphale de M. Moucharraf.

La répression et l’emprisonnement des dissidents et des populations par le pouvoir militaire en place ont depuis atteint un niveau très élevé. Face à cet état de fait, la France a fait savoir sa « préoccupation » et « appelle à un retour au fonctionnement régulier des institutions et au maintien de l’Etat de droit » (Ministère des Affaires Etrangères, 8/11).

Cependant n’y a-t-il pas quelque hypocrisie de la part de la France à dénoncer un Etat de violence qu’elle a largement contribué à alimenter : l’Etat pakistanais constitue en effet le troisième client des exportations d’armes de la France.

En 2004, le montant des livraisons d’armes de la France vers le Pakistan atteignait 2164 millions d’euros. (1) Au Pakistan, où l’armée est au pouvoir suite à un coup d’Etat, 40% du PIB est absorbé par le budget de la Défense (contre 0,7% pour la santé).
Ces dépenses contribuent donc plus ou moins directement, via les importations d’armement, à la relance de la croissance économique française…

La France ne saurait se réfugier derrière le prétexte d’une « mauvaise » utilisation de son matériel. Nul n’ignore que le renforcement des capacités militaires d’un Etat ne produit pas de la sécurité pour les citoyens mais de la puissance pour l’Etat en question. Y compris au détriment des citoyens, comme au Pakistan. Vendre des armes à un Etat, c’est fragiliser les bases de la démocratie.

Des efforts sont menés depuis plus de quinze ans au niveau international pour contrôler les transferts d’armement, mais d’importants progrès sont encore à faire pour démocratiser véritablement ces derniers dans notre pays qui est le troisième exportateur d’armes au monde.

Il est grand temps de mettre les ventes d’armes sous contrôle démocratique.

(1) Source : Un monde au pas.
Les nouveaux visages de la militarisation, COT, ed.APEL, 2007.

17 novembre 2007

Mouvement pour une Alternative Non-violente


Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois