Face à tant de barbarie, que faire demain ?

Communiqué du 17 novembre 2015
mardi 17 novembre 2015
par  MAN
popularité : 5%

Depuis vendredi soir 13 novembre, le conflit contre DAECH et ses nébuleuses, conflit dans lequel est impliquée la France, a pris une autre dimension. Pour la première fois, des attentats simultanés conduits par des kamikazes ont semé la mort et l’effroi dans Paris.

Face à cette tragédie, nous nous inclinons devant ces personnes fauchées en pleine vie et nous souhaitons nous associer à notre mesure à la peine immense de leurs familles, proches et amis. Nous voulons également avoir une pensée pour les vies assassinées depuis plusieurs années en Syrie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Nigéria, Cameroun, et tant d’autres pays à travers le monde, enfants, femmes et hommes, victimes de la folie meurtrière d’extrémistes. Nous pensons aussi à l’immense foule de celles et ceux qui fuient leur pays et que l’Europe a tant de mal à accueillir...

La barbarie de tels actes commis de sang-froid, fait naître diverses émotions, parmi lesquelles :

  • la sidération face à l’horreur, puis la peur, légitime et utile pour se protéger, mais qui, si elle reste irraisonnée, peut conduire, individuellement ou collectivement, à se replier sur soi, à se méfier systématiquement de l’autre, surtout s’il est différent,
  • la colère qui, si elle ne trouve pas à s’exprimer avec des mots et des actions concrètes, peut se transformer en haine. Ces sentiments risquent d’inciter à souhaiter toujours davantage de répression, voire à se soumettre à des dirigeants dont la politique poursuivra le cercle infernal de la violence,
  • la tristesse inévitable, mais qui peut pousser à la résignation.

La stratégie poursuivie par les commanditaires de tels actes est sans doute de nous amener ce repli sur nous-mêmes, à cette résignation synonyme de capitulation, et à la haine dont l’issue pourrait être la déchirure de notre tissu social, déjà bien abîmé. Ces commanditaires s’appuient déjà sur les faiblesses de notre société, et arrivent à convaincre des jeunes français de mourir pour eux – des jeunes, auxquels nous n’avons pas su, à travers notre politique éducative, notre politique de la ville, nos choix économiques et notre politique de sécurité, donner assez de raisons de vivre libres, égaux et en frères.

Dans un monde devenu complexe, les choix faits depuis plusieurs dizaines d’années par nos dirigeants politiques successifs doivent nous amener à nous interroger :

  • faut-il continuer à privilégier une économie qui profite d’abord aux plus riches, chez nous et ailleurs sur la planète, aux dépens de l’avenir du quotidien des plus pauvres, ici et là-bas ?
  • faut-il poursuivre une politique de défense qui s’appuie sur une arme nucléaire coûteuse et inefficace, et ferme les yeux sur les ventes d’armes à des pays peu soucieux des droits de leurs peuples, aux dépens d’une politique contribuant à l’amélioration de la vie de tous les citoyens dans les domaines de la santé et de l’éducation ?
  • faut-il continuer à considérer la plupart des pays d’Afrique et d’Asie comme des terres peuplées d’hommes et de femmes moins dignes que nous de vivre décemment, comme des terres dont nous nous autorisons à exploiter le sous-sol au mépris à la fois de la vie et du développement de ces peuples, et de l’avenir écologique de notre planète ?
  • faut-il poursuivre une politique qui donne la priorité au « tout sécuritaire » aux dépens de l’élaboration d’une politique favorisant la construction du « faire ensemble » ?
  • faut-il ..., faut-il ...? Tant de questions peuvent sans doute encore surgir...

Face à ce qui s’est passé à Paris - et dans bien d’autres villes à travers le monde - nous devrons, après le moment du recueillement, prendre le temps d’examiner ces questions et d’y apporter des réponses appropriées et réfléchies. Il convient en effet de convaincre nos dirigeants, nationaux et européens, de la nécessité d’entendre les voix de celles et ceux qui, dans la société civile, ici et à travers le monde, proposent et mettent déjà en œuvre des solutions permettant la construction d’un monde plus respectueux de l’humain et de notre environnement.

Le 17 novembre 2015,

Patrick HUBERT
Porte-parole du MAN


Commentaires

Logo de Nelly Costecalde
mardi 24 novembre 2015 à 16h23 - par  Nelly Costecalde

Comme Christian David, j’adhère à ce communiqué, mais j’ajouterais une question :
Faut-il approuver les frappes en Syrie et croire qu’elles sont un moyen juste et efficace contre le terrorisme ?

Logo de Christian DAVID
mardi 17 novembre 2015 à 20h55 - par  Christian DAVID

Merci de ce message, le premier enfin qui appelle à résister à des tentations compréhensibles de violence vis à vis des auteurs de ces attentats, et de ceux qui les incitent, mais ces tentations ne nous ramèneront pas la sécurité, que nous avons perdue pour des tas de raisons.
Je partage également les questions listées dans ce communiqué, et j’ en ajouterais quelques-unes :

- Est-ce l’intérêt de l’humanité que nous participions au "choc des civilisations" ? Est-ce notre intérêt de poursuivre ces frappes, que nous avions entamées d’ailleurs avant que des attentats de DAECH n’aient été commis sur le sol Français ?

- Est-ce notre intérêt, dans les pays riches, de poursuivre notre politique de croissance, dans un monde aux ressources finies, peuplé de plus de 7 milliards d’êtres humains ? Notre "civilisation" n’aurait-elle pas intérêt à remettre en cause ses fondements séculaires de développement industriel, de consommation, de production ?

- Ne serait-il pas temps de poser des actes de réparation de nos crimes coloniaux, et de trouver des actions au moins symboliques dans un premier temps, comme cela a été fait au Larzac où une partie des terres a été offerte aux Kanaks, après des accords clôturant les violences entre la Nouvelle-Calédonie et la France dans les années 1980 ?

Excusez-moi d’avoir été long, mais sans doute pas exhaustif...

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois