24 mars : "Ni assurance, ni assistance : la solidarité !" Débat mardi 24 mars 2020, à La Cantoche, de 19h à 22h

par MAN Nancy

À l’heure de la mondialisation économique et de la crise environnementale, il n’y a plus le choix. Nous devons être solidaires. Mais comment et dans quel cadre ? »

Entre obligation morale et principe politique, la solidarité recouvre des situations différentes : solidarité de fait, solidarité contractuelle, solidarité intergénérationnelle.

Les peuples touchés par la famine et la guerre font appel à la solidarité contractuelle implicite qui relie les membres de la communauté humaine : ceux qui sont dans une relative richesse et dans un moindre risque sont redevables vis à vis de ceux sur qui pèsent ces fléaux.

La justice sociale (pierre angulaire de la première déclaration internationale des droits à vocation universelle) fonde l’organisation contractuelle d’une citoyenneté sociale, distincte de la citoyenneté politique, qui repose sur trois piliers : la sécurité sociale, les services publics et les libertés collectives. Cette solidarité implique une responsabilité collective (solidarité active) distincte d’une politique d’assistance (solidarité passive).

La montée des périls écologiques exige une réponse collective à une question de survie de l’humanité, dans une solidarité intergénérationnelle qui passe par une réduction des inégalités et peut-être une interrogation sur l’impératif du ’’ toujours plus ’’.

Ces différentes situations nous incitent à articuler les différentes échelles du principe de solidarité : locale, nationale, européenne, internationale. Cela suppose débat et contractualisation. Nous rechercherons ensemble des exemples de contrats solidaires capables de construire un projet de société plus juste et plus durable.

19h-20h : accueil et convivialité (possibilité d’un en cas sur place),
20h-22h : débat



En librairie