Epitaphe

André Gorz et son épouse

(actualisé le ) par MAN Lyon

La disparition d’André Gorz ce 24 septembre 2007 est presque passée inaperçue, et pourtant ce brillant intellectuel a contribué à l’évolution de la pensée contemporaine.

André Gorz de son vrai nom Gérard Horst est né en 1923 en Autriche. Il fait des études supérieures en Suisse et s’installe à Paris en 1949. Il porte un grand intérêt à la phénoménologie et à l’approche marxiste de l’existentialisme. Il devient journaliste et travaille à l’Express en 1955 avec Jean Jacques Servan Schreiber, en 1964 il crée le nouvel Observateur avec Jean Daniel. Il écrit sous le pseudonyme de Michel Bouquet. Il sera longtemps au comité de direction de la revue sartrienne Les Temps Modernes.

Travaillant de plus en plus autour des notions d’aliénation et de libération, il va petit à petit mettre la question de l’autonomie de l’homme comme la condition indispensable à la transformation de la société, idée qu’il partage avec les philosophes de l’école de Francfort notamment Herbert Marcuse, Théodor Adorno, Jurgen Habermas. Il élabore avec Ivan Illich les prémices de l’écologie politique en faisant une critique très sévère du modèle de croissance capitaliste et de la suraccumulation. C’est lui qui introduit la notion d’abolition du travail salarié dans son livre qui fait encore référence "Adieux au prolétariat" publié en 1980. Il a su dénoncer aussi bien l’individualisme hédoniste que le collectivisme matérialiste et productiviste, en mettant l’homme autonome au cœur de la transformation sociale et environnementale. Revendiquant un revenu social, indépendant du travail, il a toujours mis en avant la différence entre richesse et valeur, cette dernière se distinguant par son caractère monnayable. Ce fut un véritable précurseur de la décroissance !

Dans leur maison à Vosnon dans l’Aube ce 24 septembre 2007, il met fin à ses jours à l’âge de 84 ans, avec sa femme Dorine. C’est à elle qu’il a consacré en 2006 son dernier livre : lettre à D. "histoire d’un amour". C’est une véritable ode à l’amour et aussi au bonheur d’avoir partagé pendant 58 ans cette belle complicité amoureuse et intellectuelle, en effet on comprend mieux dans ce magnifique opuscule la place importante qu’a tenu sa compagne dans ce difficile travail d’écriture et d’élaboration d’une pensée nouvelle. Merci à eux ! Lire et faire connaître les écrits d’André Gorz est une façon de prolonger son œuvre qui a nourri une génération de militants.
Il a participé ponctuellement à la revue Alternatives Non-violentes.

Le dernier ouvrage d’André Gorz, "Lettre à D." publié l’an dernier,
commence par ces mots :

"Tu vas avoir 82 ans. Tu as rapetissé de 6 centimètres, tu ne pèses
que 45 kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela
fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus
que jamais."

et se termine ainsi :

"Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l’autre. Nous
nous sommes dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie,
nous voudrions la passer ensemble."

Yvette Bailly le 26 septembre 2007

Extrait de sa bibliographie

- la morale de l’histoire Seuil 1959
- Le socialisme difficile Seuil 1967
- Ecologie et politique Galilée 1975
- Ecologie et liberté Galilée 1977
- Adieux au prolétariat Seuil 1980
- Métamorphoses du travail Galilée 1988
- Misères du présent, richesse du possible Galilée 1997
- L’immatériel Galilée 2003
- Lettre à D. Histoire d’un amour Galilée 2006



En librairie