Bilan : Rencontre avec Rajagopal vendredi 16 novembre dernier

(actualisé le ) par MAN Lyon

Jai Jagat, marche pour la dignité et contre la pauvreté

Nous avons eu le plaisir d’accueillir à Lyon Rajagopal, leader indien d’Ekta Parishad, accompagné de Benjamin Joyeux, coordinateur à Genève de la marche Jai Jagat 2020.
Merci à nos amis d’Alternatiba pour l’accueil dans Alternatibar toute la journée.

Le matin ce fut une rencontre avec une trentaine de sympathisants. Rajagopal a expliqué les buts de Jai Jagat et l’organisation qui se met en place.

A midi nous avons pu rejoindre le buffet à l’Hôtel de Ville de Lyon à l’occasion du festival des solidarités. Nous avons présenté Rajagopal et le projet de la marche Lyon – Genève à des acteurs lyonnais de la solidarité internationale.,

L’après midi nous avons été reçu à la Métropole par Bruno Charles, Vice-président en charge du développement durable et de l’agriculture. Notre demande portait sur un soutien de la Métropole à l’action Jai Jagat 2020.
Rajagopal a présenté l’idée que les politiques publiques fassent l’objet d’étude d’impact sur leur rapport à la non-violence (ou à la violence qu’elle peuvent apporter), au même titre que le genre, l’environnement, le développement durable. Pourquoi pas un "ministère de la paix" ?

Le soir nous avons fait une conférence en commençant par la projection de la première partie d’un film sur Janadesh 2007 réalisé par Peuples Solidaires. Ensuite Rajagopal a présenté la non-violence, les méthodes de mobilisation et de formation des jeunes en Inde, et le projet Jai Jagat 2020.
Plus de 40 personnes été présentes et ont rempli Alternatibar.

En bilan :

Plus de 80 personnes touchées entre le matin et l’après midi et le buffet à l’Hôtel de Ville. Rajagopal et Benjamin étaient très satisfaits de leur passage à Lyon. Plusieurs élus informés, un contact pour l’assemblée nationales pour Rajagopal. Des perspectives encourageantes pour la suite de notre action. Plus de vingt nouveaux contacts dans notre liste lyonnaise.

Une remarque de Rajogopal à propos de la violence :
Il compare les actions contre les actes de violence à des moustiques que nous cherchons à tuer pour les supprimer, alors que c’est le point d’eau stagnant qu’il faut éliminer pour éradiquer les moustiques.
C’est le système (la violence structurelle) qui génère des actes de violence. Pour les supprimer il faut changer le système en mettant en place une économie et une gouvernance non-violente.



En librairie