Vendredi 7 novembre à 17h30 Place des Cordeliers à Lyon

Dansons le sirtaki avec les grecs et les indignés... Dans le cadre du Forum Social Local de Lyon

par MAN Lyon

La Grèce un pays endetté pourquoi ? Pour qui ?
Sans doute l’état grec a été mal géré, mais les fonds d’investissement
spéculent sur les difficultés d’un Etat à rembourser ses dettes et accroisent,
voire provoquent les difficultés de cet Etat.
Les banques françaisent profitent de la situation...

Ce sont les contribuables qui financent les riches !

En 2009 les états de la zone Euro ont mis 7.3 milliards pour « sauver les
banques », et sans aucune contre partie sur le contrôle de leur gestion...
Et maintenant ? Les états belge et français doivent racheter DEXIA !
Rappelons-nous déjà le Crédit Lyonnais (et l’affaire Tapie), Vivendi et JM
Messier... nos « grands patrons » encaissent des sommes faramineuses,
creusent les déficits, démantèlent l’industrie pour faire des profits à court
terme et l’état rembourse les dettes.

La France toujours de plus en plus riche...
mais pas pour tout le monde !

- 2 millions de millionnaires en France.
- 27 000 foyers gagnent plus de 500 000 € /an.
- Entre 1998 et 2008, l’écart entre les 5% plus riche
et les 10% les plus pauvre s’est accru de 25 000 à
33 500 € par an.
- Et pour les super riches, c’est 360 000 € supplémentaires
entre 2004 et 2007.
- C’est le résultat de la politique fiscale qui favorise la
transmission des héritages et les revenus du capital
et non ceux du travail.

Système financier = Une escroquerie mondiale contre les citoyens

- La richesse il y en a, il faut la partager
- La bourse : un moyen de gagner de l’argent sur le dos du travail
- Le marché : un système opaque sans aucun contrôle
- Les banques : un outil de concentration des richesses
- Les paradis fiscaux : grosses sociétés et riches ne payent pas leurs impôts
- La rentabilité de plus de 10 % pour les sociétés entraîne chômage,
stress au travail et misère sociale
- Les dirigeants politiques n’ont pas le courage de se désengager du
capitalisme financier.



En librairie