Élection présidentielle : choisir notre futur !

par MAN

Dans notre démocratie imparfaite l’élection présidentielle reste un moment fort, exprimons-nous pour qu’il ne soit pas confisqué.

Pour le MAN cette élection se déroule dans un contexte de prise de conscience des vulnérabilités dévoilées d’abord par la crise des Gilets Jaunes, la pandémie de COVID 19, puis par la guerre en Ukraine. Cette guerre est une tragédie justifiant notre solidarité sans faille. Mais elle révèle nos fragilités économiques, politiques, écologiques et sociales qui auraient dû être le cœur de la campagne électorale.

« Il nous faut décider si nous continuons à croire que rien ne peut changer dans nos modes de vies ou si nous acceptons d‘engager des transformations profondes de ceux-ci » [i]

Nous sommes à un moment de bascule en matière de choix de politiques publiques. Pour le MAN il est temps de changer de voie dans des domaines qui conditionnent la vie des citoyens et citoyennes pendant les décennies à venir :

  • La crise d’approvisionnement de gaz et de pétrole doit nous interroger au delà de notre dépendance, sur notre consommation d’énergie. Notre futur modèle énergétique devra être basé sur une véritable politique de justice sociale et de sobriété.
  • La relance du programme nucléaire civil annoncé par Emmanuel Macron sans débat ni évaluation sérieuse nous questionne. Les centrales nucléaires sont particulièrement vulnérables aux cyberattaques, aux actes terroristes et en cas de conflit militaire. Leur fonctionnement nécessite l’importation d’uranium, de pays peu sûrs comme le Niger et le Kazakhstan. Elles génèrent des déchets dangereux et ingérables. De plus leur prix, leur technicité et la longueur de leur mise en œuvre ne leur permettent pas de sauver le climat !
  • Posséder des armes nucléaires ne protège pas de la guerre, mais permet au possesseur de la bombe atomique d’attaquer un plus faible en toute impunité. Le MAN demande que la France soit signataire du TIAN (Traité International d’Interdiction des armes nucléaires).
  • L’afflux de réfugiés Ukrainiens pose la question de l’accueil inconditionnel en France et en Europe de toutes les personnes fuyant la guerre, des persécutions ou un pays devenu invivable. Une vraie politique de l’hospitalité sans discrimination doit être mise en place.
  • Le dernier rapport du GIEC nous place face au défi climatique. Construire un avenir durable passe par la maîtrise des ressources indispensables à la vie humaine et contribuera à éviter de nouvelles guerres.
  • Pour toutes ces raisons le MAN appelle à participer massivement aux MARCHES pour le FUTUR qui sont organisées partout en France le samedi 9 avril, la veille du premier tour, afin de clamer haut et fort notre choix citoyen de construire un monde désirable où les valeurs de liberté, égalité et fraternité ont un sens.

Denys Crolotte, porte-parole du MAN

[i] Dominique Méda : Chronique du Monde le 21 février sous le titre « Energie, le choix solitaire du président ».



En librairie