En marche pour la justice et la paix Jai Jagat 2020 - marche de Delhi à Genève

(actualisé le ) par Serge PERRIN

Le 2 octobre 2019, une grande marche internationale part d’Inde pour rejoindre Genève. Une aventure d’une année pour des centaines, voire des milliers de marcheurs. Mais aussi une grande campagne mondiale, sociale et écologique, pour les droits des peuples, la dignité des personnes, le climat, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion… Une année pour sensibiliser et mobiliser, organiser des événements, marcher en direction de Genève depuis les 4 points cardinaux, et se rejoindre le 26 septembre 2020 pour un grand rassemblement non-violent aux portes des Nations Unies.
Le monde est en marche, et vous ?

Pourquoi cette marche ?

Changement climatique accéléré, disparition programmée de la biodiversité, épuisement des sols, déforestation et désertification, explosion des inégalités avec les lots de pauvreté et de migrations forcées qu’elles charrient… Jamais l’Humanité n’a semblé confrontée à autant de périls immenses, à même de questionner aujourd’hui sa propre survie.
Pour faire face à ces défis multiples, des feuilles de route existent pourtant, comme l’Agenda 2030 signé par les 193 États membres des Nations Unies en 2015. De la même manière, les textes du droit international évoluent constamment pour renforcer le socle des droits humains définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Ce qui manque, c’est la volonté politique, celle des responsables économiques et politiques de changer enfin de paradigme, pour cesser de détruire le vivant. Mais ce qui manque égale-ment, c’est la volonté collective et individuelle, celle de chacune et chacun d’entre nous, d’incarner totalement « le changement que l’on veut voir dans le monde », afin de réussir à faire converger l’ensemble des alternatives qui existent un peu partout sur la planète pour « faire système ». C’est ce à quoi nous invite la campagne Jai Jagat.
Durant cette campagne, plusieurs marches non-violentes se déroulent parallèlement sur divers continents. Au total, cette mobilisation exceptionnelle des « sans-parole » et « sans-pouvoir » de notre planète devrait réunir un million de personnes convergeant en septembre 2020 vers Genève, capitale de la paix et siège des Nations Unies, ville qui symbolise les droits humains et la solidarité internationale. C’est également à Genève que l’ONU met en place l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) : élimination de la pauvreté et de la faim, lutte contre le changement climatique, promotion d’une économie responsable et d’une bonne gouvernance, etc.
Jai Jagat 2020 veut ainsi ouvrir avec la communauté internationale un dialogue pour la sur-vie de l’Humanité. Plus qu’une marche, cette campagne constitue un instrument non-violent de convergence et de luttes sociales et environnementales à travers le globe, et de toutes les alternatives individuelles et collectives œuvrant en faveur du changement.

Marcher vers Genève

• La Marche, lieu de pratique et de formation au vivre-ensemble et à la non-violence, d’expérience des frontières et de rencontre des populations, initiatives et solutions locales pour un monde plus juste et plus écologique
• Chaque pays sera traversé en accord avec les réseaux locaux qui établiront les étapes de la Marche et organiseront des événements
• Un noyau de 50 marcheurs sur toute la Marche (25 Indiens, 25 internationaux) plus des centaines d’autres marcheurs se joignant à elle tout au long.

Les acteurs de la campagne

A l’origine, la Jai Jagat est initiée par le mouvement Ekta Parishad qui réunit des centaines de milliers d’organisations de paysans et de minorités indiennes. Après avoir organisé de précédentes marches en Inde, cette fois-ci le message est porté à l’échelle mondiale pour des besoins qui concernent tous les peuples, grâce aux différents partenaires associatifs et institutionnels du monde entier qui se sont alliés à ce projet.
Le fait que Jai Jagat soit initiée par un grand mouvement social indien reconnu est symbolique d’une campagne partant des populations les plus démunies ou "minorisées" pour s’associer à tous les peuples afin de s’adresser aux États et instances de pouvoir représentés par Genève.
Une coordination européenne organise la campagne en Europe.
En France, de nombreuses as-sociations, mouvements et ONG ont rejoint la dynamique, comme le MAN, SOL, l’Arche Non-Violence et Spiritualité, la revue S !lence, le CRID, ActionAid France, Peuples Solidaires, Gandhi international, la Fondation France Libertés, le Mouvement de la Paix, Emmaüs International, Alternatiba, etc. et des collectifs locaux relaient la campagne et les marches.

« Pour que personne ne reste au bord du chemin »

Jai Jagat prône un nouveau modèle global de développement : une façon plus juste de vivre ensemble sur la Terre permettant à chacun d’être acteur ou actrice du changement. Ce modèle peut s’appuyer entre autres sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies (Agenda 2030). Cet agenda adopté par les Nations Unies en septembre 2015 inclut l’ensemble des gouvernements comme la société civile. Il définit des objectifs communs à atteindre à l’horizon 2030 : éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous, regroupées en cinq domaines, les « 5 P » : Peuple, Prospérité, Planète, Paix, Partenariats.
La campagne Jai Jagat s’appuie stratégiquement sur ces 17 Objectifs et les 5 Principes de base de l’agenda 2030, ce qui n’exclut pas la critique constructive de leur formulation ou des moyens de leur application. La contribution unique de Jai Jagat aux ODD consiste à ce que les sociétés civiles, et en particulier les plus démunis eux-mêmes, soient des acteurs du changement. Pour cela, une mobilisation de la base et un partenariat avec les plus démunis sont indispensables. Ceux-ci doivent être pleinement associés à ce monde à venir pour y avoir toute leur place.

Quelques objectifs spécifiques de la campagne Jai Jagat :

• Mettre l’accent sur l’éradication de la pauvreté et la protection des droits humains et environnementaux
• Promouvoir la justice climatique
• Participer à la construction d’un mouvement international pour un monde plus juste, plus équitable et non violent
• Promouvoir une autre politique européenne vis-à-vis des migrants avec l’objectif « zéro mort » aux frontières de l’espace Schengen
• Promouvoir la non-violence dans les sphères économique, politique, éducative et culturelle.

Une marche non-violente

Jai Jagat est une action globale qui s’inspire des valeurs de non-violence et des techniques de mobilisation pour le changement de Gandhi.
La non-violence est à la fois une éthique personnelle et collective, une philosophie et une stratégie politique. Elle vise à « devenir le changement que nous voulons voir dans le monde » en mobilisant son énergie d’action pour le bien de tous les êtres vivants par des moyens aussi peu violents que nous souhaitons que le monde le soit. Des études montrent que les actions non-violentes sont aussi plus efficaces que les stratégies violentes pour faire changer des situations.
La marche est peut-être le mode d’action non-violent par excellence.
En Inde, depuis Gandhi et notamment sa fameuse "Marche du sel" en 1930, la formation civique, sociale et politique et l’émancipation des plus exclu-e-s se fait par des marches à travers tout le pays.
Ekta Parishad insiste sur les valeurs de la marche : marcher est à la portée de chacun-e. Pour l’opprimé-e, c’est se mettre debout, retrouver sa dignité. C’est revendiquer sa part dans l’espace public, se manifester aux yeux de tous. Pour les peuples minorisés, c’est revendiquer son existence culturelle, retrouver sa capacité d’agir.
C’est aller de l’avant, se mettre en mouvement pour défendre ses droits, prendre les rênes de sa vie. C’est aller dans une direction, donner un sens à son existence, aller à la rencontre des autorités pour exprimer son droit à la vie et à l’expression.
Marcher est un processus lent qui implique un chemin de transformation personnelle, le corps et l’esprit changeant parallèlement, et de transformation collective quand les marcheurs se mettent en route ensemble. Marcher devient alors une expérience de corps, un travail sur la dynamique de groupe et le rythme de chacun, une occasion de rencontres, d’entraide, un "vivre-ensemble" concret, un lieu de formation politique. Marcher en-semble donne la force d’agir ensemble.
Marche-manifestation, marche-pèlerinage, marche-expérience, marche-rencontre... chacun-e peut marcher avec des motivations différentes, l’important étant de se mettre d’accord sur la destination et le message collectif du voyage.
C’est pourquoi, quand on marche, on ne peut que gagner, car quelle que soit la finalité de la marche, l’essentiel ne s’accomplit vraiment que sur le chemin.

En savoir plus et rejoindre la Campagne

En France la coordination est assurée par Maxime maxime.deblon (at) sol-asso.fr

Le collectif de Lyon organise une marche de Lyon à Genève du 12 septembre au 25 septembre 2020 : lyongeneve2020 (at) nonviolence.fr

Des marches sont aussi organisées au départ de Montpellier, Nancy, Strasbourg, Lons le Saunier, Nantes.



En librairie