Grand débat : Désarmons le nucléaire militaire Les arguments pour le désarmement nucléaire

par Serge PERRIN

Le grand débat est l’occasion de rappeler que la réduction du budget militaire et en particulier celui de la force de frappe est une piste pour affecter plusieurs milliards à la justice sociale et environnementale. 6 milliards par an sont consacrés à l’armement nucléaire, dans une perspective de non emploi et d’une utilité nulle. Il est temps que la France signe le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires adopté par l’ONU en 2017.

Quel intérêt à conserver notre armement nucléaire ?

La bombe garantit la paix dans le monde

L’équilibre des bombes nucléaires negarantie pas la paix : la Russie a envahi la Crimée, des guerres éclatent partout dans le monde, avec l’implication des « grandes puissances ».

La bombe dissuade les autres puissances de nous attaquer

La dissuasion repose sur le principe de « destruction mutuelle assurée » en assurant l’adversaire d’une destruction complète en cas d’attaque. Les deux camps seraient donc détruits en cas de guerre atomique. Est-cela une « assurance- vie » ?
Si la dissuasion nucléaire est vraiment garante de notre sécurité, alors pourquoi l’interdire aux autres pays ?

La bombe n’est dangereuse que si une guerre éclate

En temps de paix, des centaines d’accidents sont déjà survenus avec des armes nucléaires (largages accidentels de bombes, mauvaise compréhension d’ordres, failles dans la sécurité, accidents de la route...). Ce n’est que le facteur « chance » qui a empêché ces bombes d’exploser. Le risque nucléaire est aggravé par l’augmentation de la portée des vecteurs et par la progression technologique.

Quel impact en cas d’utilisation de la bombe ?

Les essais nucléaires ont déjà provoqué une augmentation de la radioactivité sur l’ensemble de la planète. En cas d’explosion d’une dizaine de bombes, les experts prédisent un « hiver nucléaire » dû aux poussières soulevées simultanément.
La Croix-Rouge Internationale annonce son incapacité à faire face à un attaque nucléaire. Ce sont les civils qui seraient les principales victimes de la bombe, ce qui est contraire à toutes les conventions, éthiques et morales internationales.

Combien coûte la dissuasion ?

La France dépense actuellement 3,8 milliards d’euros chaque année pour l’entretien de sa force de frappe. Avec les amélioration demandées par les militaires et les industriels, les députés ont accepté une augmentation à 6 milliards par an.
La loi de programmation militaire 2019-2025 autorise la modernisation et le renouvellement de l’arsenal nucléaire, soit une hausse budgétaire de 60% (37 milliards d’euros) par rapport à la loi précédente.

La France a déjà beaucoup désarmé, il faut attendre les autres

Il ne sert à rien de pouvoir faire « sauter » plusieurs fois la planète… une seule suffit ! Selon les termes du Traité de non-prolifération, les États dotés d’armes nucléaires sont sommés de faire « de bonne foi » des efforts pour négocier l’élimination des armes nucléaires. Cela n’empêche pas ces États de continuer les programmes de modernisation !
La France a diminué le nombre de ses bombes (300 bombes actuellement) mais optimisé leur impact ; le danger et le coût reste trop élevé pour la France.

L’armement nucléaire n’apporte pas de réponse aux menaces actuelles

Les menaces actuelles sont le terrorisme, nos approvisionnements énergétiques, la fracture sociale, le dérèglement climatique… La bombe ne supprime aucune de ces menaces. Le schéma de guerre froide n’est plus d’actualité dans le monde d’aujourd’hui. Il est temps d’investir dans la prévention des conflits.
Par contre la possession de l’arme nucléaire est un danger de plus : accident potentiel, risque de détournement de l’arme par une cyberattaque, risque de tentative d’utilisation par un président qui choisirait l’option nucléaire par perte de ses moyens… La bombe est la négation de la démocratie.



En librairie