La répression policière seule réponse du gouvernement ? Communiqué du 25 septembre 2019

2 | par MAN


Ce samedi 21 septembre à Paris, la manifestation pour la défense du climat a donné lieu à une violente répression policière qui pose de nombreuses questions.

Selon de nombreux témoignages recueillis par le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), il apparaît que la répression policière de ce samedi à Paris a, une nouvelle fois, été disproportionnée. Cette répression policière a visé de façon indistincte tous les manifestants, y compris des familles avec de jeunes enfants. Elle a de plus été mise en œuvre de telle sorte que les « black blocs », mêlés à quelques « gilets jaunes » ultra ont pu opérer très facilement en tête de cortège.

Une telle répression, pose quatre questions fondamentales :

  • Alors que de nombreux manifestants pacifiques ont été contrôlés, parfois plusieurs fois, en amont de la manifestation, comment se fait-il qu’autant de manifestants violents aient pu s’installer en tête de la manifestation ?
  • Pour quelle raison les forces de l’ordre ont laissé s’installer les groupes voulant en découdre en tête de manifestation, et même facilité leur mélange aux manifestants non-violents ?
  • Pourquoi ensuite y a-t-il eu un usage massif -et souvent sans sommation- de grenades de désencerclement, de LBD, de gaz lacrymogènes, de brigades motorisées de voltigeurs ? Ces moyens ont été utilisés sans discernement au mépris de la sécurité même des manifestants pacifiques, alors que cette sécurité est le devoir premier des « gardiens de la paix » que devraient d’abord être les policiers et CRS.
  • Faut-il aller jusqu’à soupçonner une collusion entre certains « blacks blocs » et la police pour créer le chaos et ainsi dissuader une convergence politique entre les revendications sociales et écologistes ?

Autant de questions qui interrogent clairement la volonté gouvernementale de maintenir dans notre pays les conditions d’une démocratie réelle !

Pour autant le MAN réaffirme que l’urgence climatique et la justice sociale vont de pair. Le MAN encourage le mouvement pour la justice sociale et climatique à explorer d’autres formes de manifestations que le cortège urbain. Celui-ci donne trop facilement l’opportunité à ceux qui veulent en découdre avec les forces de l’ordre de ne pas respecter les consignes de non-violence.

Malgré ce contexte de violente répression policière, le MAN réaffirme que l’action non-violente est la seule réellement efficace pour dénoncer les dérives et les hypocrisies du pouvoir actuel. En effet à la différence de la violence, la non-violence seule préserve un avenir à l’humain !

Contact presse : Denys Crolotte



En librairie