La violence n’est pas une solution Communiqué de presse du MAN du 16 janvier 2009

Face à la situation dramatique à Gaza, le MAN demande l’arrêt immédiat de toutes les opérations militaires et le retrait de l’armée israélienne des territoires palestiniens. La communauté internationale en général, et la France en particulier, doivent se donner les moyens d’imposer un cessez le feu et veiller à ce que les résolutions de l’ONU sur la région soient enfin mises en application. Sans cela, aucun retour au politique et aucun dialogue direct ne seront possibles.

Le MAN rappelle qu’il n’existe aucune solution militaire : l’escalade de la violence ne pourra en aucun cas assurer la sécurité des Israéliens comme des Palestiniens. Les habitants de Gaza comptent leurs morts, que les plus désespérés s’apprêtent déjà à venger. Comment les Israéliens qui aujourd’hui participent à ces massacres pourront-ils continuer à vivre normalement ? On sait bien que la violence détruit ceux qui la subissent mais aussi ceux qui l’exercent. Les vétérans des guerres précédentes sont là pour en témoigner.
Il importe de briser le cycle de la violence, et de rappeler, plus que jamais, que la violence n’est pas une fatalité. Au contraire : en Israël comme en Palestine, des hommes et des femmes luttent pour l’établissement d’une paix durable, et ont pour cela fait le choix de la non-violence. Moustapha Baghouthi, secrétaire général de l’Initiative Nationale Palestinienne, parti politique laïc de gauche, est partisan d’une lutte non-violente de masse contre l’occupation israélienne. Les militants de Bil’in et de Nil’in, en lutte pour que leur village puisse continuer à exister doivent recueillir tout notre soutien et toute notre attention.
La dégradation du conflit israélo-palestinien a des conséquences importantes en France, avec des mécanismes d’identification à la population palestinienne pour la communauté musulmane et un sentiment d’appartenance à la citoyenneté israélienne pour la communauté juive. Le MAN rappelle que des associations juives de France dénoncent la politique d’Israël et sont présentes dans les manifestations. Nous devons ici être vigilants à la montée des anathèmes et des stigmatisations notamment identitaires et extrémistes qui ne facilitent pas le vivre ensemble en France, ni au Moyen-Orient.



En librairie