Lundi 07 décembre, à Rouen, François VAILLANT, membre du MAN, passe en procès pour refus d’empreinte ADN

Il y a de la joie dans l’air ! François VAILLANT, déboulonneur de pub à Rouen, refuse toujours de donner son empreinte ADN à la police. Il refuse que son ADN entre dans le FNAEG (Fichier national automatisé des Empreintes Génétiques). Son procès devait avoir lieu le 21 septembre. Il a été reporté au 07 décembre. François Vaillant risque 1 an de prison et 15.000 € d’amende.

Plus d’un million de personnes sont déjà fichées dans le FNAEG, sans être pour autant de dangereux criminels ! L’actuel gouvernement aimerait tant que les 60 millions de citoyens(nes) soient ainsi recensés ! _ Que ferez-vous si demain la police décide de prélever votre ADN en plongeant délicatement un joli coton-tige dans la salive de votre bouche ?

L’ADN détermine pour toute personne ses caractéristiques organiques, morphologiques et pathologiques. Un empreinte ADN, c’est le « code barre » d’une personne. Le FNAEG est conçu pour conserver les empreintes durant 40 ans, c’est donc à perpette ! Il est à craindre qu’un éventuel gouvernement de type « Vichy » ou « stalinien » utilise le FNAEG pour discriminer telle ou telle partie de la population. Ce fichier assure en réalité notre insécurité ! tout en entretenant aujourd’hui la suspicion généralisée et la politique de la peur. C’est pourquoi François Vaillant, comme notamment bon nombre de Faucheurs volontaires, combat l’actuel FNAEG par la désobéissance civile non-violente.

Ce procès devait avoir lieu à Rouen le 21 septembre. Des journaux en ont alors parlé : Paris Normandie, Le Monde, Témoignage Chrétien, Le Canard enchaîné, Sud Ouest, Politis …(lire les articles sur le site du MAN , ici )
Ce procès fut alors reporté au lundi 7 décembre. Pour y assister ce 07 décembre, venir avec sa carte d’identité et suivre les consignes de non-violence qui seront alors données sur place. Entrée gratuite et spectacle assuré par François Vaillant (le prévenu), François Roux (l’avocat) et trois témoins (du 1er choix !) : Jean-Marie Muller (philosophe, écrivain), Matthieu Bonduelle (secrétaire général du Syndicat de la magistrature) et Jacques Muller (sénateur, Verts).
Et surtout, ne ratez pas la chaleureuse et passionnante soirée-débat à 20h30 !

Procès : lundi 7 décembre, 13h15 - Palais de justice de Rouen

et dans la foulée de ce procès :

Soirée - débat : lundi 7 décembre, 20h30 - Halle aux Toiles

« Action non-violente et désobéissance civile »

  • Échos du procès, par François Vaillant
  • Pourquoi l’action non-violente et la désobéissance civile ? par Jean-Marie Muller, écrivain et philosophe
  • En quoi la désobéissance civile est-elle créatrice de droit ? par le sénateur Jacques Muller

La Halle aux Toiles (entrée Place de la Bourse - Rouen)
Soirée-débat organisée par le MAN

Pour tout renseignement concernant la défense des libertés fondamentales à Rouen, contacter
le CDLF (Comité de Défense des libertés fondamentales),
22 bis rue Dumont d’Urville, 76000 Rouen.
Tel. 06.27.06.42.70

NB : Pour aider aux frais de justice qui s’élèveront à environ 4.000 €, merci d’envoyer votre don à : MAN Centre 308, 82 rue Jeanne d’Arc, 76000 Rouen. Chèque à l’ordre de : MAN Normandie ; par exemple 10 € ou 20 €, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières.



En librairie