Pour une résistance civile non-violente en Ukraine Samedi 26 février 2022

3 | par MAN

Le MAN condamne avec vigueur la violation du droit international et de la souveraineté de l’Ukraine dont s’est rendu coupable Vladimir Poutine en attaquant l’Ukraine. Le peuple ukrainien saura-t-il se défendre par la force de la non-violence comme il l’a déjà fait en 2004 avec sa « révolution orange » ?

La paranoïa de Vladimir Poutine – ancien officier du KGB – l’a donc conduit, au nom d’une réécriture fallacieuse de l’Histoire, à lancer ses troupes à l’assaut de l’Ukraine, sûr de sa supériorité militaire, allant même jusqu’à menacer de faire usage de sa force atomique.

Quelques jours après le début de cette offensive, le MAN tient à rappeler que :

- Nombre de citoyens russes, ouvertement ou non, dénonçaient auparavant la politique de Poutine qui a conduit à l’augmentation de la pauvreté et à un nombre de décès dus au covid bien supérieur aux chiffres officiels1. En réveillant le nationalisme russe, Poutine entend camoufler ces désastres sociétaux.

- Si nombre de citoyens russes, victimes de la propagande poutinienne, croient en la justesse de cette guerre, d’autres ont osé descendre dans les rues pour dénoncer les mensonges de leur dirigeant et dire non à cette folie, quitte à être emprisonnés. N’assimilons pas l’ensemble du peuple russe à ses dirigeants !

Que faire maintenant ?

- Participer en France aux nombreuses manifestations de soutien au peuple ukrainien.

- Refuser de soutenir le projet de livrer des armes à l’Ukraine, comme le préconisent plusieurs personnalités occidentales. Cela permettrait à Poutine de légitimer l’emploi de ses armées pour réprimer davantage les populations ukrainiennes. Il faut sortir de la spirale de la violence.

- Accroître les sanctions financières et économiques contre les dirigeants russes et contre la mafia des oligarques russes, même si des intérêts occidentaux sont alors touchés (approvisionnement en gaz, exportations vers la Russie, …). Il y a urgence par ailleurs à se protéger des cyber-attaques russes dont nous pourrions être victimes en retour,

- Développer une véritable politique d’accueil des réfugiés ukrainiens est nécessaire. La France, présidant le Conseil de l’Union Européenne, doit également prendre l’initiative de déclarer motif d’asile politique la désertion de soldats ukrainiens et russes en temps de guerre,

- Encourager et aider la population ukrainienne à exercer une résistance civile non-violente2 : non-collaboration avec l’occupant, désobéissance civile, blocage économique du pays, interpellation par la population des soldats russes, etc. Avec sa révolution orange, le peuple ukrainien avait réussi en 2004 à montrer au monde entier que la force de la non-violence prévaut sur celle des armes3.

Tout en manifestant son soutien au peuple ukrainien, le MAN déplore que l’OTAN ne préconise que la défense armée. Il demande avec insistance pour demain la mise en place, au moins en France, d’une défense civile non-violente. Elle aurait été une lueur d’espoir et une source d’inspiration pour le peuple ukrainien.

Le MAN appelle à se rassembler dimanche 27 février à 15h sur les places publiques.

1) Selon l’agence de presse Reuters, il y aurait déjà eu 700 000 morts du Covid, soit trois fois plus que le nombre officiel russe. La raison du nombre élevé de morts du Covid est à mettre en relation avec le fait que seulement 20 % de la population s’est fait vacciner par le Spoutnik V, exprimant là sa méfiance à l’État russe.

2) Comme cela a eu lieu en août 1968 en Tchécoslovaquie face aux armées du Pacte de Varsovie.
Voir la vidéohttps://www.herodote.net/21_aout_1968-evenement-19680821.php

Ces actions avaient abouti à une démoralisation des soldats d’occupation. « Les Tchécoslovaques, écrivait Le Monde dans son éditorial du 29 août 1968, ont été renforcés dans leur détermination par l’efficacité de la résistante non-violente à la fois spontanée et organisée. (…) L’occupant, incapable de donner des ordres ou de faire respecter la moindre instruction à la population devenait grotesque. Terrifiant si l’on ne s’en tenait qu’à la puissance des armes, il était écrasé moralement, aussi bien par sa propre incompréhension de la situation que par l’hostilité et l’ingénieuse résistance du peuple tchécoslovaque. » Un soldat démoralisé est un soldat désarmé !

3) Voir la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=-Y3h9ao0-7E



En librairie