Quand Marine Le Pen tombe le masque

(actualisé le ) par MAN

La présidente du Rassemblement national applaudit une tribune de militaires à la retraite et d’active, publiée ce 21 avril par Valeurs actuelles.

Dès la parution de cette tribune, Marine Le Pen s’est empressée d’écrire, sur le site de Valeurs actuelles, qu’elle partageait les analyses des séditieux, les invitant à la « rejoindre au RN. »

Le MAN est scandalisé par cette tribune de militaires et constate que Marine Le Pen tombe le masque. Cette candidate à la prochaine élection présidentielle écorne littéralement la tentative de « dédiabolisation » du RN et son ralliement récent au gaullisme ! Nous savions que le RN ne valait pas mieux que le FN avec ses nostalgiques de l’Algérie française et de l’OAS, mais maintenant c’est signé. Cette tribune paraît, jour pour jour, soixante ans après le putsch d’Alger mené par un « quarteron de généraux en retraite » selon l’expression de De Gaulle. Elle est signée par une vingtaine de généraux, une centaine de hauts gradés et plus d’un millier d’autres militaires, tous à la retraite, à l’exception de dix-huit d’entre eux encore d’active, dont quatre officiers.

Cette tribune annonce que si le « laxisme » de nos actuels gouvernants perdurait, les signataires appelleraient leurs « camarades d’active » à se lancer dans « une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national ». Car il s’agirait de sauver « notre beau pays » menacé par la guerre raciale » et de combattre les « hordes de banlieue » susceptibles de mener « une guerre civile ». Cette tribune préconise donc un putsch militaire afin de lutter contre le soit-disant « délitement » de la France. Elle entremêle les thèmes classiques de l’extrême droite, le déclinisme à la Éric Zemmour, la peur du « grand remplacement » popularisée par Renaud Camus, et le fantasme de la guerre raciale théorisé par Guillaume Faye.

Le MAN demande à Florence Parly, ministre des Armées, de prononcer des sanctions disciplinaires exemplaires à l’encontre des militaires signataires alors qu’ils sont tenus au devoir de réserve. Le MAN, conscient du danger de l’extrême droite lance également un appel aux forces écologistes et de gauche pour proposer une alternative démocratique crédible au poison instillé dans notre société par ce type de tribune.

Le MAN continue à militer contre le SNU (Service national universel) voulu par Emmanuel Macron. Le SNU, encadré notamment par des militaires, fait courir aux jeunes de 16 ans un risque d’endoctrinement aux thèses putschistes et xénophobes si chères à l’extrême droite. C’est pourquoi le MAN appelle les citoyens et les citoyennes à signer sa pétition : Le SNU : un affront pour la jeunesse.

Contact presse : François Vaillant, porte-parole du MAN



En librairie