Rencontre avec Mickaël LAPSLEY le 10 avril 2019

par MAN Nancy

Guérir la mémoire, transformer le souvenir d’épisodes traumatiques en force de vie, Michael Lapsley, lui-même rescapé de l’apartheid, s’y emploie depuis des décennies.

Il sera présent pour une conférence mercredi 10 avril à 20h30 au Domaine de l’Asnée, 11 rue de Laxou à VILLERS LES NANCY.

Le 28 avril 1990, Michael Lapsley perdait ses deux mains et un œil dans un attentat au colis piégé au Zimbabwe. Prêtre anglican, d’origine néo-zélandaise, il militait depuis longtemps contre l’apartheid et payait ainsi très cher son engagement, qui lui avait déjà valu son expulsion d’Afrique du Sud quelque temps auparavant. Depuis lors, des crochets métalliques lui servent de mains, mais il poursuit sans relâche son combat. En 1992, il rentre en Afrique du Sud pour s’impliquer dans le processus de reconstruction et de réconciliation du pays. Il témoigne devant la Commission Vérité et réconciliation puis, fonde en 1998, l’Institut pour la guérison des mémoires au Cap.
Les expériences douloureuses laissent en chacun de nous des « souvenirs empoissonnés ». Et ce poison - les sentiments de colère, de haine ou de vengeance- risquent de nous envahir, voire de se transmettre de génération en génération si nous les gardons enfouis au fond de nous. Il s’agit d’offrir une occasion de le constater et de le reconnaître pour retenir du passé ce qui peut donner la vie.
Mickaël LAPSLEY n’a de cesse aujourd’hui encore d’aider à la réconciliation entre les peuples, les hommes qui se sont heurtés et entretués mais surtout il oeuvre sans relâche pour que toute victime de violence se réconcilie d’abord avec elle-même.

Avec l’ACAT, la CIMADE, le MAN Nancy, le Secours catholique, le CCFD Terre solidaire et le diocèse de Nancy-Toul



En librairie